Connaissez-vous l’une des situations suivantes où votre phobie de la mort vous a pourri la vie ?

Vous êtes en soirée en train de dîner avec des amis, vous passez un excellent moment. Tellement agréable que vous n’avez pas envie que tout cela s’arrête, et voilà que ça vous frappe encore une fois, cette pensée qui vous dit :

« Je vais mourir »

Vous ne savez pas quand, mais ça va arriver un jour. Ce jour où vous ne serez plus là, où vous ne serez plus autour de cette table, et vous voilà effrayé.

Envahi par cette anxiété, vous arrêtez immédiatement de vous amuser, passant le restant de votre soirée à angoisser.

Ces instants de panique, vous les avez souvent lorsque vous partagez d’agréables moments en compagnie de votre famille et de vos amis, mais également lorsque vous vous retrouvez seul, souvent le soir, où vous devenez extrêmement conscient qu’un jour, vous disparaîtrez.

Vous avez beau vous trouver des arguments comme « Je suis jeune », « Je suis en bonne santé », « J’ai encore le temps », rien y fait.

Vous restez avec ces satanées crises d’angoisse parfois même si irrationnelles que vous pensez devenir fou.

J’ai très bien connu ces crises de panique, cette peur intense de se dire que tout va s’arrêter. C’est pour cela que dans cet article, je vous propose quelques réflexions et solutions pour qu’à votre tour, vous arrêtiez de vivre dans l’angoisse.

Qu’est-ce que la phobie de la mort ?

Comme je l’ai déjà expliqué dans plusieurs articles, je vais être assez bref. Je ne détaillerai pas ici les causes et symptômes de cette phobie, mais si vous souhaitez en savoir davantage, je vous invite à lire THANATOPHOBIE : 7 étapes pour la surmonter.

Qu'est-ce que la phobie de la mort ?

 L’anxiété de mort que l’on appelle thanatophobie, est la peur de la mort, du processus de mourir, ou de perdre un être cher.

Et cette maladie est bien plus courante que vous ne le pensez.

En fait, en fouillant par-ci par-là, j’ai découvert que chaque mois, plus de 3 000 personnes se renseignent sur le thème de la phobie de la mort. C’est plutôt une bonne nouvelle, cela veut dire que vous n’êtes pas seul à en avoir peur, bon la mauvaise, c’est que vous n’êtes pas encore débarrassé de ces troubles de panique.

Ah si, j’ai une autre bonne nouvelle, le fait que vous soyez en train de lire ces lignes prouvent que vous cherchez un minimum à vous en sortir et ainsi éviter la dépression ou la camisole de la frousse à vie.

Alors êtes-vous prêt à combattre vos troubles anxieux et commencer à profiter pleinement des joies de la vie ? Je vous propose plusieurs angles pour vaincre vos attaques de panique afin que l’un d’entre eux résonne en vous et vous provoque le fameux déclic, celui de la sérénité.

4 conseils pour surmonter votre angoisse de mort

surmonter ton angoisse de mort

♦ Accepte l’idée de mourir en méditant sur la mort

Je sais, la méditation revient souvent comme un effet de mode, mais pourtant, je vous assure que c’est la clé de beaucoup de problèmes.

C’est la première étape pour diminuer votre phobie de la mort, progresser vers les pratiques plus profondes. Une façon d’accepter la mort est que vous réalisiez que vous ne pouvez rien y faire.

L’une des raisons pour laquelle vous vous inquiétez de la mort est que vous avez peur de l’inconnu.

C’est comme pour la perte de vos proches, que vous vous inquiétez ou non, vous ne pouvez pas prédire quand cela va se produire, et vous ne pouvez rien faire pour empêcher leur disparition.

Arrêtez de résister et acceptez que nous allons tous mourir un jour.

Voici une pratique qui peut vous aider à développer une relation plus juste avec la mort.

♦ La méditation mortelle

Cette technique, que j’appelle l’inondation imaginale, vous aide à vous familiariser avec vos pensées phobiques comme votre peur de la mort.

Si vous appréhendez de le faire ou que vous avez reçu un diagnostic de maladie mentale, demandez à un psychiatre ou un autre professionnel avant d’essayer cela à la maison.

Vous voilà prêt à passer à l’action, alors installez-vous dans une pièce où vous serez sûr de ne pas être dérangé.

Prenez de grandes respirations en inspirant par le nez et en expirant par la bouche. Maintenant, pendant 5 minutes, imaginez certaines de vos pensées les moins effrayantes sur la mort.

Rendez-les le plus réel possible, ressentez la peur dans votre corps et remarquez toutes les sensations désagréables.

Continuez à respirer lentement et profondément tout au long de l’exercice. Si vos pensées deviennent insupportables, essayez avec des pensées moins effrayantes.

Au contraire, si vous vous sentez particulièrement à l’aise, faites une pause de 5 minutes et recommencez 2 à 3 fois, ou réessayez le lendemain si vous vous sentez dépassé.

L’important est que vous vous familiarisez avec vos pensées intrusives et que vous acceptiez qu’en fin de compte, ce ne sont que des pensées, pas des actes.

Cet exercice va vous aider à accepter que la mort est la fin inévitable de notre expérience humaine, et qu’au lieu de vous concentrer sur la mort, vous devez vivre votre vie plus consciemment.

♦ Concentrez-vous sur les choses que vous pouvez contrôler

Lorsque j’étais en pleine crise d’angoisse existentielle, je cherchais mes symptômes sur Google 50 fois par jour. C’est ce qu’on appelle la cybercondrie, j’en parle dans mon article : hypocondriaque que faire ?

cybercondrie

Si vous le faites aussi, vous savez où cela amène, sur des forums, des sites de « pseudo santé », bref, que des endroits qui ne font qu’augmenter notre niveau d’anxiété.

Maintenant, au lieu d’être obsédé par la mort, concentrez-vous sur ce que vous pouvez contrôler comme votre vision de la vie, vos choix de style, votre attitude.

Par exemple, au lieu de vous gaver d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, ou de Benzodiazépines qui ne font que vous apporter une accalmie sur l’instant, recherchez les choses qui pourraient améliorer votre qualité de vie à long terme.

Vous pouvez incorporer des aliments plus sains dans votre alimentation, prendre de la vitamine D3, faire plus d’exercices, ou vous concentrer sur l’amélioration de votre sommeil.

Vous avez compris ?

L’objectif est de sortir de ce cercle vicieux, de cette phobie de la mort. Il y a pleins de petites choses pour vous sentir plus en contrôle de votre propre vie.

Nous sommes tous différents, mais je suis sûr que vous trouverez quelque chose qui fonctionne pour vous.

♦ Définis une période d’inquiétude

Disons maintenant que vous méditez sur votre mort, que vous vivez une vie plus saine, mais que vous vous inquiétez toujours de la mort comme l’angoisse permanente de perdre un être cher.

20 
méthodes pour 
élever votre conscience

N'attendez plus, faites évoluer votre âme en élevant votre conscience dès maintenant.

En vous inscrivant, vous acceptez  nos conditions.

Peut-être même que vous craignez plus de perdre les gens que vous aimez que votre propre mort.

La disparition d’un proche est synonyme de beaucoup de douleurs, de manques constants, d’une blessure dans votre cœur que personne ne pourra combler.

Voilà pourquoi je recommande une période de temps d’inquiétude.

Accordez-vous 5 minutes par jour, si possible éloigné du coucher, à une inquiétude sans culpabilité. Toutes ces pensées sur la mort, sur le deuil, pensez-y uniquement pendant cet instant de la journée.

Puis, faites-vous la promesse de leur consacrer du temps plus tard, pendant l’exercice de la méditation mortelle par exemple.

♦ Vivez chaque jour comme si c’était le dernier

C’est une très bonne technique pour surmonter votre phobie de la mort, vivre chaque jour comme si c’était le dernier.

Pourquoi est-ce si utile pour surmonter votre anxiété de mort et comment l’intégrer dans votre vie de tous les jours ?

Lorsque vous vivez chaque jour comme si c’était le dernier, il est presque sûr que le moment venu, vous n’aurez plus aussi peur que vous l’êtes maintenant, car vous vous serez déjà rendu à la possibilité de mourir.

À la fin de la journée, peu importe si vous mourez. Tout est temporaire. Ce qui compte, c’est ce que vous faites pendant que vous êtes encore ici et que vous partagez cette belle expérience humaine avec les autres.

Ne laissez aucune chance à votre phobie de la mort

En plus des conseils que je viens de vous donner, vous pouvez en appliquer beaucoup d’autres afin de ne laisser aucune chance à cet état d’angoisse.

Cette sensation de danger est souvent le fruit de votre imagination. Ne faites pas l’autruche, toutes ces pensées, je les ai eues avant vous.

La peur de faire une crise cardiaque, l’angoisse à l’idée d’avoir une maladie style cancer, ou encore toutes ces insomnies que vous endurez par peur de ne pas vous réveiller.

Voici ce que vous pouvez également faire en plus des conseils précédents pour transformer votre phobie de la mort en havre de paix.

♦ Demandez l’aide d’un professionnel

Si l’idée de vous confier auprès d’un professionnel ne vous dérange pas, alors foncez.

En effet, vous rapprocher d’un thérapeute qualifié peut faire la différence entre l’échec et la réussite. Vous allez pouvoir aborder avec lui les aspects physiques, mentaux et émotionnels des phobies de la mort.

Cette démarche est libre à chacun selon sa personnalité, pour ma part, je suis plutôt quelqu’un d’autodidacte, réservé, j’ai donc mis tout en œuvre pour me sortir de la thanatophobie seul.

♦ Essayez la thérapie

Dans le même genre, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est utilisée pour aider les personnes à surmonter la dépression, l’anxiété, l’agoraphobie, la claustrophobie et autres phobies sociales.

Au cours du processus, vous pourrez discuter de vos peurs et y être éventuellement exposé. Vous pourrez également parler de la mort en général, mais aussi des lieux, des situations qui provoquent cette phobie de la mort chez vous.

L’apprentissage de techniques de relaxation et de respiration est également une partie essentielle de cette thérapie. En attendant, vous pouvez toujours essayer la méditation contre l’angoisse.

♦ Explorez la spiritualité

C’est sans doute la chose qui m’a le plus aidé, et de loin.

Pourtant très cartésien à la base, il n’y a plus une seule journée qui se passe sans spiritualité

J’ai d’ailleurs mes capacités de passeurs d’âmes qui se sont développées.

Attention, c’est très vaste comme sujet, et encore une fois, suivez ce qui résonne en vous. Contrairement aux religions que je trouve très limitées et qui sont fondées sur des croyances, la spiritualité est quelque chose que vous pouvez expérimenter par vous-même.

Vous pouvez également vous informer sur les sorties astrales, Marc Auburn en parle très bien.

Renseignez-vous sur divers sujets comme les expériences de mort imminente, beaucoup de témoignages à travers le monde sont disponibles, cela apporte déjà un grand réconfort.

Vous avez également la médiumnité, voir une médium réconforter une famille en parlant avec un proche disparu, en apportant des détails précis, cela aide grandement à se rassurer en se disant que la vie continue après la mort.

Je vous conseille d’aller faire un tour sur le blog de ma femme, qui est médium et passeuse d’âmes sous le nom d’Âmédium.

♦ Devenez un grand philosophe

Je plaisante, mais essayez tout de même de mettre votre phobie de la mort de côté, et de penser, lors d’un moment de grande détente comme le bain, que la mort peut être une chose positive.

Je vais essayer de vous expliquer un truc pas facile, mais que ça reste assez simple et compréhensible.

La nature vous aide en vous mettant dans un état de détachement. Par exemple, je connais un gars qui a été touché par une balle, il m’a raconté qu’à l’époque, il n’a ressenti aucune douleur.

Ou encore moi, qui fût victime d’un grave accident de la route, scalpé à la tête, désincarcéré de la voiture par les pompiers, 40 points de suture sur le crâne, sans compter les autres parties du corps, 6 mois de soins intensifs, et bien je n’ai ressenti aucune douleur sur l’instant.

Tout ça pour vous dire que les personnes proches de la mort, personnes âgées, accidentées, maladies graves, toutes décrivent qu’elles se sentent bien lorsque la mort commence à faire beaucoup plus partie du cycle naturel des choses.

La nature à sa propre manière de nous aider à gérer les épreuves lorsque qu’elles surviennent. Réfléchissez là-dessus. 😉

♦ Comme vous étiez, vous redeviendrez

Bon je me suis dit, tant que nous sommes dans la réflexion, pourquoi ne pas penser à cette idée.

Vous souvenez-vous, des milliards d’années en arrière avant votre naissance ? Non ? Et est-ce que l’œuf à peur de devenir poussin ? Le ver un papillon coloré ?

Avant d’être ici, aviez-vous peur de venir dans ce monde ? En quoi votre mort sera t’elle différente de l’expérience que vous avez vécu avant votre naissance ?

Réfléchissez également à cette idée, laissez-la grandir en vous, si cela peut vous aider à vivre moins apeuré.

Pourquoi a-t-on peur de la mort ?

C’est une réponse assez personnelle qui peut ne pas convenir à tout le monde, mais peut être penserez-vous comme moi.

Pourquoi a-t-on peur de la mort ? Cette peur panique de la mort n’est pas naturelle. Et même si beaucoup de gens y ont adhéré, la peur n’est pas un processus rationnel.

Si la vie existe, la mort existe. Si nous avons peur de la mort, c’est parce que nous ne sommes pas en contact avec la réalité.

La phobie de la mort arrive parce que nous nous identifions à notre corps. Et comme cette identification est si forte, nous n’explorons pas d’autres dimensions. Ça me conforte encore plus dans ma pratique de la spiritualité.

Si les personnes avaient connu dans leur vie quelque chose qui est plus que leur corps, ils comprendraient que la mort est juste une purge. Avec l’âge, la chair perd de sa vigueur, elle doit donc être nettoyée.

Tenez, je vais prendre un exemple, celui de la bulle de savon. Quand vous étiez enfant, vous souvenez-vous du jouet que l’on gagnait généralement à la fête foraine ?

Vous savez, le récipient que l’on remplissait de liquide vaisselle puis qu’on soufflait pour faire des bulles de savon ?

Et bien imaginez-vous souffler une bulle de savon, cette bulle est réelle, mais ce qu’il y a à l’intérieur de la bulle est bien le même air qui se trouve partout.

Si vous éclatez cette bulle, vous allez constater une goutte d’eau savonneuse tombée sur le sol, mais ou est allé le contenu de la bulle ?

Vous ne pouvez pas le voir, car cela fait partie d’un tout. Lorsque la bulle a éclaté et que l’air emprisonnée dedans a été libérée, ce qui s’est passé de l’autre côté est bien plus grand que ce qui peut se produire dans ce piège de la physicalité.

Tout ça pour vous dire que quand votre corps mourra, votre âme, votre esprit rejoindra tout ce qui se trouve de l’autre côté. Et cela me réconforte terriblement.

Bye Bye votre phobie de la mort

Pour terminer, j’aimerai vous dire de stopper vos angoisses profondes, qui ne font que provoquer nausées, vertiges et palpitations.

Quelles que soient vos aspirations religieuses ou spirituelles, avez-vous déjà pensé si la naissance et la mort sont vraiment la même chose ?

Et si la naissance était tout simplement la mort de quelque chose d’avant ? Peut-être que si nous nous écoutons assez attentivement pendant cette vie, nous entendrons le battement de cœur de quelque chose de plus grand que ce que nous pensons savoir maintenant.

La phobie de la mort n’est en réalité que la peur de ce qui va suivre. Mais que se passe t-il si cette mort n’est vraiment qu’une autre naissance ?

Dans mes articles, je vous partage toutes mes connaissances à travers mes expériences afin d’aider au maximum les gens.

Je fais cela en + de mes interventions auprès des personnes ainsi que l’aide apportée en message privé.

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez le faire en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Merci pour votre soutien.

Faire un don

À propos de l’auteur : Jordan Mallebrera

Fondateur du site Passages de vies, Jordan est Walk-in et Passeur d’âmes. Il aide les âmes incarnées à s’éveiller, mais aussi à améliorer leur quotidien grâce aux nettoyages énergétiques des personnes et des lieux. Il accompagne également les âmes désincarnées à rejoindre le Plan qui leur correspond.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments